Vous avez trouvé un animal sauvage blessé ? 

C'est un adulte ?

Préparation du carton :

 

Sélectionner un carton adapté à la taille de l’animal, et le tapisser de journal, de papier absorbant ou d’une serviette. Veiller à ce que le carton ferme correctement afin d’éviter que l’individu puisse s’en extirper pendant le transport. Créer, au préalable, des trous d’aération afin que l’animal puisse respirer.

 

Dans le cas particulier des oiseaux mazoutés, il est très important de multiplier les trous d’aération car les vapeurs de pétrole sont toxiques et risquent d’aggraver l’état de santé de l’animal.

Capture et contention :

 

Il est important d’adapter la façon d’attraper l’individu et de faire la contention en fonction de l’espèce et/ou la taille de celui-ci. De plus, pour votre sécurité, il faut toujours protéger vos mains avec des gants (de jardinage, de nettoyage, …).

 

Par la suite, nous allons vous expliquer par taille de l’animal, les meilleures contentions à faire.

Renard roux, Cygne tuberculé, Chevreuil

Si l’animal est de grande taille (Blaireau d’Europe, Renard roux, Chevreuil, Cygne tuberculé, Fouine…) il peut être considéré comme dangereux. Dans ce cas, contactez les pompiers afin qu’ils puissent se charger de la contention et du transfert de l’individu en toute sécurité.

Hérisson d’Europe, Écureuil roux

Si l’animal est un mammifère de petite à moyenne taille (Écureuil roux, Hérisson d’Europe, Lérot, Putois, …) vous pouvez le prendre par la peau du cou avec une main, et placer l’autre main en dessous des pattes arrière (même contention que pour un chaton).

Dans le cas d’un Hérisson d’Europe, la contention est celui du ‘ballon’, prenez le comme un ballon de rugby.

Pour les oiseaux :

Verdier d’Europe en contention de ‘croc’

Pour les oiseaux de petite taille (de type passereaux), la contention la plus adaptée est celle du ‘croc’. Attraper l’animal par-derrière en plaçant l’index et le majeur de chaque côté du cou, et les autres doigts autour du corps afin de plaquer les ailes le long de celui-ci (voir exemple ci-dessus).

Faucon crécerelle en contention de ‘ballon’

Pour les oiseaux de taille moyenne (de type grands passereaux, rapaces, palmipèdes petits et moyens, …), la façon la plus sécurisée pour attraper l’animal est la contention en  ‘ballon’. Attraper l’individu par-derrière, à deux mains, en plaquant ses ailes de chaque côté du corps (voir exemple ci-dessus). Bien tendre les bras lors de la contention pour éviter toute blessure due à un coup de bec ou de serres.

Héron cendré en contention de ‘guitare’

Pour les oiseaux de grande taille (de type échassiers, grands palmipèdes,...), la contention la plus adaptée est celle de la ‘guitare’. Dans une main, attraper le cou de l’oiseau (juste en dessous de la tête), et avec l’autre main, attraper le corps de l’individu en plaquant les ailes le long de celui-ci puis le maintenir contre vous (voir exemple ci-dessus).

C'est un jeune ?

Juvéniles 2022 ok.png

Chaque année, des jeunes animaux sont prélevés à tort de leur environnement et ramenés dans les centres de soins. Ces jeunes ont malheureusement moins de chances de survie au sein de notre centre que s’ils avaient été élevés par leurs parents. En effet, aucun humain ne pourra jamais remplacer les soins parentaux et apprentissages naturellement prodigués dans la nature. Ils représentaient l’année dernière 22 % des causes d’entrée d’oiseaux et 28 % pour les mammifères.

 

Dans quel cas est-il nécessaire d’intervenir ou non ?

 

Dans un premier temps, si le jeune est blessé ou malade il sera nécessaire de le ramener dans le centre le plus proche. Mais s’il est en bonne santé, d’autres mesures peuvent être adoptées.

 

Selon les espèces, les bébés commencent plus ou moins tôt à explorer leur environnement. C’est le cas des Chouettes hulottes et des Hiboux moyen duc par exemple. Ces petits se mettent rapidement à explorer le milieu et, même hors du nid, seront nourris par les parents. Il n’est donc pas nécessaire de les retirer de leur environnement ni de les déplacer.

Il n’en est pas de même pour les rapaces diurnes, les passereaux, corvidés et autres oiseaux nidicoles. Si vous trouvez un oisillon sans plume, nu, ou avec seulement son duvet, vous pourrez le remettre rapidement dans son nid. Si cela n’est pas possible, vous pourrez le ramener dans un centre de soins. Cependant si le petit a déjà des plumes, l’exploration fait partie de sa phase d’émancipation, d’apprentissage du vol et de reconnaissance des prédateurs ; il n’est donc pas nécessaire de le déplacer, les parents s’en occupent toujours!

L’exception sera pour les bébés Chouettes effraies, hirondelles ou martinets. Avec ou sans plumes, il faudra le remettre dans le nid, ou dans le cas échéant le confier à un centre de soins.

 

Les bébés lièvres et cervidés sont eux naturellement laissés au sol par leur mère qui reviendra plus tard pour les nourrir. Dans ce cas, pas d’inquiétude ! Vous pouvez laisser le petit ou le remettre où vous l’avez trouvé.

Concernant les autres mammifères, vous pourrez laisser le petit là où vous l’avez trouvé et revenir 24h plus tard. Si le petit a l’air affaibli et est toujours exactement au même endroit, il peut alors avoir besoin d’être pris en charge.

La procédure est la même concernant les oiseaux nidifuges (canard, cygne, poule d’eau…).

Si des doutes persistent, laissez l’animal sur place et contactez au plus vite un centre de soins pour plus de conseils.

Grand cormoran, Fou de Bassan, Cormoran huppé

Si l’oiseau s’agit d’un Fou de Bassan ou d’une espèce de Cormoran, il ne faut surtout pas garder son bec fermé. Ces espèces sont dépourvues de narines et respirent le bec ouvert : donc il est important que l’animal puisse ouvrir son bec afin de ne pas s'étouffer.

 

Pour toutes informations complémentaires quant à la contention des oiseaux, vous pouvez vous référer aux protocoles de la LPO de l’Ile Grande :

https://issuu.com/ile-grande/docs/fiche5_capture_et_contention

Transport :

 

En attendant le transport, veiller à disposer l’individu dans un milieu tempéré et au calme afin de ne pas engendrer davantage de stress. Si l’individu présente un état de santé très faible et un comportement amorphe, disposer une petite bouillotte recouverte d’un tissu sur un côté du carton de l’animal.

 

Lors du transport, retirer tout objet qui pourrait se renverser comme une bouillotte (pour éviter de bousculer l’animal) ou une gamelle d’eau (qui pourrait le tremper et risquerait de le faire tomber en hypothermie).

Pourquoi ne pas le nourrir, ni lui donner à boire :

 

Il est important de ne pas nourrir un animal sans conseils préalables d’un centre de soins ayant pu prendre part de la situation, de l'espèce de l’individu et de son état de santé.

Voici pourquoi ne pas lui alimenter :

  • Il y a un risque que la nourriture proposée ne soit pas adaptée à son alimentation.

  • Si son état nécessite une intervention chirurgicale, l’individu aura besoin d’être à jeun pour l’anesthésie.

  • Si un individu est maigre et très faible, il aura besoin d’une alimentation adaptée, simple à ingérer et digérer.

 

Il en est de même pour l’hydratation d’un individu :

  • Cas particulier des oiseaux : leur trachée se trouve juste derrière leur langue. Si l’eau fait fausse route il y a des risques pour que cela entraîne des problèmes respiratoires voire un étouffement.

  • Si l’individu est faible, il pourrait tomber dans la gamelle d’eau et se noyer ou tomber en hypothermie.

02 40 68 77 76