EXPERTISE ÉCOLOGIQUE

A ce titre, le CVFSE a mis en place de 2007 à 2012 deux programmes sur l'Abeille domestique et relatifs à ces facteurs (contaminations chimiques et biologiques, modification des paysages). Pour faire suite à ces travaux et pour répondre à des enjeux forts de conservation d'espèces pollinisatrices, d'aménagement et de gestion des territoires, le CVFSE étudie depuis 2012 les abeilles sauvages avec la réalisation de suivis et d'inventaires, l'étude de leurs préférences alimentaires et de l'influence des pratiques et modes de gestion.

 

abeilles_sauvages_balanca (161).JPG
abeilles_sauvages_balanca (43).JPG

L'activité pollinisatrice des insectes est essentielle au maintien de la biodiversité et à la production agricole car elle assure la reproduction de près de 80 % des plantes à fleurs. Si ce service écosystémique s'appuie en partie sur la présence des ruches et des colonies d'abeilles domestiques (Apis mellifera) introduites et élevées par les apiculteurs, il repose essentiellement sur le rôle fondamental joué par les abeilles sauvages qui fournissent un effort de prospection et une pollinisation plus efficaces. 

Il existe près de 1 000 espèces d'abeilles sauvages en France dont la répartition et l'écologie sont encore mal connues pour la majorité d'entre elles. Du fait de leur grande diversité, il est difficile de généraliser sur leurs exigences écologiques mais les abeilles sauvages ont besoin de deux éléments fondamentaux qui doivent se trouver à proximité l'un de l'autre : la présence de ressources alimentaires (fleurs) diversifiées, abondantes et disponibles au cours des saisons pour la récolte de nectar (nourriture des adultes) et de pollen (nourriture des larves), et la présence de sites de nidifications c'est à dire une mosaïque d'habitats ouverts ou herbacées, et d'habitats arbustifs et arborés fournissant le substrat et les matériaux nécessaires pour la construction du nid.

Les populations d'abeilles sauvages et domestiques subissent actuellement un déclin généralisé et plusieurs facteurs sont incriminés : l'utilisation massive et systématique des pesticides, la modification des paysages et la raréfaction des ressources en lien avec l'urbanisation, l'industrialisation et l'agriculture (imperméabilisation des sols, homogénéisation des essences végétales, destruction des habitats favorables, ...), le réchauffement climatique...

Depuis 2013, une cinquantaine de sites ont ainsi été prospectés en région des Pays de la Loire et des études expérimentales sont réalisées.

La grande diversité des habitats régionaux (zones humides, bocage, littoral) et les conditions climatiques particulièrement clémentes sur la frange littorale vendéenne et de Loire-Atlantique font de la région des Pays de la Loire une région à fort potentiel pour les communautés d'abeilles sauvages.

Afin de découvrir ce monde méconnu des abeilles sauvages, le centre propose une exposition itinérante composée de photographies du photographe animalier Erwan Balança, de kakémonos pédagogiques et de modules de jeux et d'observation d'abeilles sauvages. Pour tout renseignement concernant cette exposition vous pouvez contacter le centre au 02.40.68.28.04 ou par mail à l'adresse olivier.lambert@oniris-nantes.fr

apiday.png

Andrena sp

02 40 68 77 76